Le Seigneur danse !

Depuis que j’ai été libéré pour la danse prophétique au début de 2005, notre Dieu créateur s’est révélé à moi d’une toute nouvelle manière rafraîchissante. Et j’ai été heureux de découvrir : Nous avons un Dieu dansant !
Ce n’est peut-être pas nouveau pour certains, mais c’est peut-être la façon dont Il danse. Quand j’ai commencé à chercher dans la Bible, une gamme de danses et une profondeur de l’œuvre de Dieu s’est développée à travers sa danse qui m’a beaucoup touché.

Rien qu’en regardant la signification des différents mots utilisés dans la Bible pour “danser” ou des mots apparentés, on s’étonne de la diversité de Dieu dans son expression et son peuple. Par exemple, la danse de David est décrite en 2 Samuel 6:5 avec le “sâchaq” hébreu, qui signifie “danser, rire, jouer, se réjouir, rire, se moquer, rire en dénigrant”. Nous pouvons donc supposer que la danse de David devant l’Arche d’Alliance dans sa ville n’était pas seulement une danse de joie à l’entrée de l’Arche d’Alliance, mais aussi une expression de triomphe sur ses ennemis. Pour décrire l’entrée de l’Arche d’Alliance à Jérusalem et la célébration du peuple, trois autres mots de danse sont utilisés. Au verset 14, nous trouvons “kârar”, que l’on peut traduire par “danser, tourbillonner”. Au verset 15, le mot “teruwah” est communément traduit par “crier”, mais à y regarder de plus près, cela inclut un éventail beaucoup plus large d’expressions, à savoir “cris de guerre, applaudissements de joie, bulles d’alarme”. Au verset 16, le mot “pazazaz” est utilisé, ce qui signifie “sauter, être fort”.

Ici, nous voyons déjà clairement que dans les danses, les acclamations et les sauts du peuple de Dieu, il n’y a pas seulement la joie et le triomphe, mais en même temps la certitude d’être à nouveau “fort” et une déclaration de guerre à l’ennemi par “cris de guerre” et “bulles d’alarme”.
J’aime particulièrement le passage Zephanja 3, 17 : “Le Seigneur, ton Dieu, est au milieu de toi, un héros qui sauve ; il se réjouit en toi avec joie, il reste silencieux dans son amour, il se réjouit en toi avec joie. L’hébreu “gûwl” se traduit ici par “jubilation”, mais dans toute son ampleur il signifie “tourner vite, tourbillonner sous l’influence de sentiments passionnés, se réjouir. Imaginez un peu au figuré : Le Seigneur lui-même tourbillonne de sentiments passionnés pour nous, nous acclame, se réjouit et est heureux pour toi et moi !

Pour compléter le tableau, j’ajouterai le passage de Luc 10:21 où Jésus-Christ s’est réjoui avec joie dans l’Esprit alors que ses 70 disciples revenaient de leur ministère. Le mot grec “agalliaô” se traduit ici par “se réjouir”, mais il signifie plus que cela : “sauter de joie, être extraordinairement joyeux, se réjouir magnifiquement”. Ici aussi, il vaut la peine de jeter un coup d’oeil à cette scène….Incidemment, le même mot est utilisé dans Actes 2:42-47 pour décrire la vie de l’église primitive. Au verset 46, il est dit qu’ils sont venus ensemble avec jubilation = “agalliaô” et dans la simplicité du cœur et loué Dieu.
Si l’on considère cette petite excursion dans l’Ecriture que Dieu lui-même a organisé toutes les fêtes de son peuple sur lesquelles les gens dansent depuis des générations, une empreinte très émouvante et colorée de Dieu apparaît, qu’il nous laisse voir de son être.

Dans ce contexte, il est aussi plus facile de comprendre que le premier commandement du Seigneur : “Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée. (Matt 22:37) inclut aussi notre corps. Puisque nous sommes créés à l’image de Dieu, il est tout à fait normal que nous ayons le désir de bouger selon la musique. L’un plus, l’autre moins – mais la disposition est là. Malheureusement, cet aspect très enrichissant du culte de Dieu a presque disparu au cours de l’histoire de l’Eglise allemande et n’est guère utilisé dans nos services religieux.

Depuis que j’ai fait l’expérience de l’œuvre de Dieu à travers ma danse pour moi-même et mon environnement, j’ai remarqué combien nous avons nous-mêmes été circoncis par la bénédiction de Dieu jusqu’ici. L’Esprit de Dieu utilise la danse en relation avec l’adoration et la louange pour peindre Son être non seulement devant les oreilles de Son église mais aussi devant Ses yeux. Au cours de mon travail de séminaire, je reçois encore et encore des commentaires des participants sur la façon dont le Saint-Esprit leur a donné un sermon par la danse, la guérison, la libération ou simplement une autre révélation de l’être de Jésus. Moi-même et les musiciens expérimentons la danse comme un complément et un renforcement très précieux des temps d’adoration devant Dieu, où je ne veux pas juger entre la danse chorégraphiée, répétée et la danse spontanée. Les deux types de danse, peu importe dans quel style, j’ai déjà considéré puissant.