Pourquoi de l’herbe ?

Limiter ou éliminer les mauvaises herbes est une nécessité, non seulement pour l’esthétique mais aussi pour la bonne santé des cultures.

Ces mauvaises herbes appelées “mauvaises herbes”….

Il n’y a pas de vraies mauvaises herbes, seulement des plantes qui sont invitées sans invitation. Nous devrions plutôt parler d’indésirables, car ils peuvent être bons en plus (comestibles ou utiles à la faune, par exemple). Cependant : un jardin où les mauvaises herbes font la loi fait de votre jardin un jardin négligent. Un pied d’ortie dans un lit de fleurs est tout ce qu’il faut pour tout démêler. De ce point de vue, le désherbage est plus une question d’esthétique.

Concurrence déloyale

Mais s’il faut enlever les mauvaises herbes, c’est surtout parce que les plantes qui apparaissent spontanément sont en compétition avec les plantes cultivées ! Et c’est beaucoup plus important que nous ne le pensons. Presque toujours, les plantes que nous plantons ne poussent pas spontanément dans la région. Nous utilisons beaucoup de plantes exotiques dans nos jardins ou des plantes d’autres régions d’Europe. Comparées aux plantes “sauvages” de la région, ces plantes cultivées sont moins adaptées aux conditions du jardin. Les mauvaises herbes sont souvent plantées à partir de graines et prennent racine là où elles poussent. Ils sont parfaitement adaptés aux conditions du site (sinon ils n’apparaîtraient pas spontanément). Lorsqu’une mauvaise herbe est plantée à côté d’une plante cultivée, dans presque tous les cas, elle est mieux armée que la seconde pour exploiter la richesse de la terre.

Les mauvaises herbes concurrencent les plantes cultivées. Les racines des mauvaises herbes “volent” les éléments minéraux du sol de la plante cultivée. Plus la mauvaise herbe est nourrie, plus elle pousse… et vole la lumière de la plante cultivée, qui est donc doublement endommagée. Si le jardinier n’intervient pas, la loi de la nature s’applique. Il est donc nécessaire d’éliminer les mauvaises herbes, au moins aussi longtemps que la plante cultivée est suffisamment forte pour être protégée de la concurrence des mauvaises herbes.